MatsuKaze 松 風

Matsu , le Pin

Kaze, le Vent

pin matsukaze« Écoute le vent dans les pins…« 

Appliqué à la pratique du Shiatsu, il se dégage de ce principe trois pistes d’apprentissage intéressantes voire fondamentales.

  • Tout d’abord la notion d’écoute, au sens de compassion, est primordiale, c’est un élément clé de la communication qu’implique le Shiatsu.

L’écoute juste est l’attitude correcte à avoir pour effectuer un Shiatsu adapté au Jusha et donc un outil important à développer.

On ne doit pas écouter ce qu’on a envie d’entendre mais plutôt se rendre disponible comme un abri où l’on trouverait refuge…

Pour se préparer en tant que praticien, ou ShiatsuShi, il convient donc de prendre du  temps pour savoir écouter en soi, sentir la circulation de l’énergie en soi.

Pour se faire la pratique de la méditation, du Do In (ou autre), de la diététique, ainsi que l’observation de ses propres pensées permettront de progresser dans la capacité d’écoute. En développant le ressenti de son propre Hara, on sera à même de ressentir celui des autres.

Petit à petit pourront se développer pour le praticien une pensée juste, une parole juste, et des actions justes, c’est-à-dire en véritable adéquation avec le support que cherche le Jusha.

  • Ensuite l’idée du vent dans les pins peut, dans le cadre de l’appréhension du concept de Ki, être interprété comme la capacité de perception des effets du souffle (au sens de ki) sur la matière; le vent symbolisant le Ki (vent de vie), et le pin la vie manifestée en général.

    C’est l’influence du non-manifesté sur le manifesté.

On ne perçoit pas le Ki, mais on  peut percevoir l’expression de sa circulation dans les méridiens décrits par la Médecine Traditionnelle Chinoise.

Cette circulation, qui doit être libre, peut connaître des blocages dont les causes sont souvent multiples. En Shiatsu, on attachera de l’importance à savoir distinguer, écouter, les méridiens où l’énergie est en manque de ceux où l’énergie est en excès. Le praticien travaillera donc dans le sens de rétablir ce déséquilibre en remplissant le vide et ainsi aider à retrouver la libre circulation du Ki dans le corps.

  • Enfin, écouter le vent dans les pins permet de renforcer le sentiment d’humilité, tout comme n’importe quel autre travail de contemplation.

Dans l’ancienne approche orientale, la vie est le fruit de la rencontre entre le Ciel et la Terre, entre le Yang et le Yin, ainsi écouter le vent dans les pins revient à écouter les mouvements naissants de cette rencontre entre le Ciel et la Terre, écouter les mouvements de la vie…